Tribune de Tcherno Hassan, Ancien SG du C.E.S Koira Kano Nord, Niamey.

189

Misère du syndicat (USN) face au gouvernement de la 7e République : logique de (Ni paix, Ni guerre).

À l’instar de tous les centrales syndicales apolitique au Niger l’organisation syndicale des scolaires nigérien (USN) subit la misère dans ce monde syndical face au gouvernement de la 7e République dans sa politique d’étranglement des mouvements syndical au Niger cette idéologie hitlérienne ne peut être attribué à quelques individus mais plutôt, à un système qui consiste à rechercher par toutes les voies et moyens possibles pour qu’il ait le dérisoire syndicale (laissé guidon) au pouvoir, le devenir des populations Nigérienne en générale et des scolaires en particulier.

En effet, l’USN qui s’y trouve entre le marteau et l’enclume c’est traduisant ces termes (le désaccord de ses militants à l’égard laisser leader face à certaines situations juger à tort ou à raison d’être complice d’une part et d’autre part le système machiavélique de gouvernement qui le plus souvent fais croire au peuple dans des propos pessimistes que l’expression des scolaires est politisé à fin, de justifier son manque de perspective à ses derniers)

À cela s’ajoute, le pire que les attaques constater plus souvent du syndicat des enseignants chercheurs à l’égard des comités exécutives des universités publiques.

Ces enseignants qui pourtant dans les âges d’or du syndicat au Niger battait le pavé avec les scolaires et obtenez des acquis considérables.

Outre, sans oublié de noter celui de certains proviseur et Directeur dans lycées et collèges qui tout le monde est averti sur la façon dont ils ont puis occuper ses postes, dans cette réalité ne manquent pas d’audace et sans crier et gare de procéder à des inclusions abusive et arbitraire et ceux au vu et au su des sections qui restent indifférent pour quelques raisons que ça soit!

Faut-il le dire c’est extrait n’est pas un discours populiste mais le reflet d’une réalité qui se fait vivre !!

Par ailleurs, pour revenir au précédent point que l’étranglement des mouvement syndicale ou l’affaiblissement de sa capacité de mobilisation, le pouvoir reviens à la charge par la tentative échouée de 1996.

Tentative qui consistait à faire ressortir l’ordonnance 1996 qui avait pour but de désaffilier les lycéennes et collégiennes de l’Union, et de créer dans les établissements des coopératives, (organisation fantoche et folklorique) dirigé par l’administration académique.

Tentative mis en déroute une fois de plus l’année passée par l’USN à travers sa force de frappe que l’Union !

Cependant, force est de le dire, les scolaires craignent une fois de plus qu’ils soient sur les panoplies de pression, menacé, intimidations qui peuvent être orchestrées par le pouvoir, les manœuvres de division par la corruption de certaines, le chantage par l’arrestation de ses leaders et eux même, l’organisation des arriérés de bourse : Allah wadan naka ya lalace !!

Force est de dire, que toutes manœuvres consistent à faire oublier aux scolaires leurs juste et légitime droit que les revendications.

Des revendications qui ne sont point demandeuse du ciel ou de la terre sinon, encore moins qu’un paradis sur terre leurs soit fait, juste (des meilleures conditions de vie et d’études). Mais hélas !

Du côté des enseignants chercheurs.

Bras de fer: logique d’un jeu à somme nulle, dans lequel s’est engagé le (SNECS) face à un pouvoir dont les logiques actuelles sont difficilement concile.

Face à cet état de fait, je suis que l’USN  ne prendra de position ni pour l’un, ni pour l’autre, et même s’il arrive de tissé des alliances, je demeure convaincu de même façon qu’elle le ferait dans le seule intérêt générale puisque les enseignants chercheurs ont fait à plusieurs reprises leurs preuve face à l’USN est comme le dit l’adage <<Qui n’a jamais été mis à l’épreuve ne connais rien de la vie>> l’USN a été mis à l’épreuve et a tiré bonne leçon rien qu’en 2018 au moment des inclusions des camarades à l’Université de Niamey.

C’est donc, dans ces situations complexes et compliqué que l’USN au plan syndicale d’une part et contesté d’insécurité qui vas de Malé en pire au Niger et dans les pays du Sahel qu’elle organise la 30e anniversaire des évènements tragiques et douloureux du 9 février 1990 d’autres et préparera son congrès statutaire.

Au regard de ces situations, elle se doit dans sa traditionnelle opposition au pouvoir politique et dans son jargon marxiste faire appelle uniquement et qui non aussi aucune coloration politique afficher et aussi à ses militants à une prise de conscience surtout lors du congrès pour que ce congrès ne soit pas comme celui des congrès passe à fin de pérenniser nos acquis sacré et de redonner à l’organisation ses lettres de noblesse d’avant!

Vive le Niger

Vive l’USN

La patrie où la mort, nous vaincrons !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.