Poutine signe la loi Runet qui permet de couper l’internet russe du reste du monde

37

L’année dernière, le Parlement russe a été saisi d’une loi imposant aux fournisseurs d’accès à Internet russes d’assurer l’indépendance de l’espace Internet russe (Runet), de sorte à pouvoir déconnecter le pays du reste de l’Internet en cas d’agression étrangère. Dans le cadre de ces changements techniques majeurs, les entreprises russes de télécommunications devraient également mettre en place des « moyens techniques » pour réacheminer tout le trafic Internet russe vers des points d’échange approuvés ou gérés par Roskomnazor, l’organisme russe de surveillance des télécommunications. Il incombe à cet organisme, la charge d’inspecter le trafic afin de bloquer les contenus interdits et s’assurera que le trafic entre les utilisateurs russes reste à l’intérieur du pays, et qu’il n’est pas dirigé vers des serveurs à l’étranger, où il pourrait être intercepté.

En décembre 2018, les sénateurs Andrei Klishas et Lyudmila Bokova, ainsi que le député Andrei Lugovoi, ont soumis à la Douma, la Chambre basse du Parlement de la Fédération de Russie, un projet de loi visant à créer des mesures de protection pour l’Internet en Russie. La Russie, à l’instar de l’Iran et la Corée du Nord, est accusée d’attaques de pirates informatiques, et les pays de l’OTAN ont annoncé à plusieurs reprises qu’ils réfléchissaient à une réponse plus ferme aux cyberattaques, dont la Russie est constamment accusée de se livrer. L’objectif déclaré de la loi est de maintenir la stabilité de l’internet russe et des services qui le gèrent, au cas où des agresseurs étrangers tentent de le couper de l’ensemble du globe. Il faut quand même préciser que cette action (couper l’accès internet d’un pays de l’extérieur) n’a officiellement jamais été intentée contre un pays, certains estiment d’ailleurs qu’elle reste hautement improbable.

Runet (russe : Рунет), mot-valise de ru (code pour la langue russe et le domaine de premier niveau de la Russie) et net/réseau, est la communauté russophone sur Internet et les sites Web. Le terme Runet a été inventé en Israël au printemps 1997 par un résident israélien et locuteur russe de Bakou en Azerbaïdjan, le blogueur Raffi Aslanbekov1 (russe : Раффи Асланбеков[2]) également connu en Russie sous le nom de Grand Oncle, auteur de la rubrique en ligne Great Uncle’s Thoughts.Runet a été popularisé par les premiers utilisateurs d’Internet et a été inclus dans plusieurs dictionnaires, y compris le dictionnaire d’orthographe de l’Académie des sciences de Russie, édité par V. V. Lopatin en 2001. Le terme a été utilisé par les médias, les journalistes et les politiciens à plusieurs reprises. Internet dans la Fédération de Russie. Selon les définitions trouvées dans Finansovy Slovar’ et quelques dictionnaires slovari Yandex du début de la version (contestés par les révisions), « Runet est la partie russe de l’Internet ». En outre, les responsables russes suggèrent fortement que Runet est l’Internet en Russie.

Le vote de la loi Runet controversée par les députés russes a eu lieu en deuxième lecture le 11 avril 2019. Elle a fait l’objet d’adoption à 320 voix pour et 15 contre. Il restait alors un passage en troisième lecture puis la formalité de la Chambre haute avant la promulgation par Vladimir Poutine. Ces étapes validées, Vladimir Poutine a donc pu promulguer la loi sur un internet russe souverain. La loi souveraine «Runet», qui a été introduite en décembre, n’est pas populaire. Un sondage effectué il y a quelques jours a révélé que seulement 23% des Russes se sont montré en faveur du projet de loi. Mais elle doit maintenant entrer en vigueur en novembre, les opérateurs de télécoms étant obligés de respecter ses termes dès le début de 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.